• votre commentaire
  • Ilot Segur - braun associes architectes - archi design club awards 2015
     
    Livré à l'été 2013, l'îlot Ségur, ensemble immobilier à usage de bureaux pour le Ministère de la Santé, est aujourd'hui sélectionné aux annuels Archi Design Club Awards qui récompensent les réalisations architecturales les plus remarquables en France.
     
    Classé dans la catégorie "Bureaux & Commerces / Restructuration - Réhabilitation", la réhabilitation de cet îlot de près de 51.000 m² (et 73 M€ HT de travaux) avait pour vocation de révéler l'identité des 3 différents bâtiments qui le compose, écrits selon 3 architectures différentes et juxtaposées, par leur mise en dialogue, la mise en lumière des espaces et une démarche cohérente et générale sur la restructuration de l'ensemble.
     
    Le projet de l'îlot Ségur est considéré dans son ensemble, intégrant une démarche architecturale, économique, environnementale et technique. Le projet répond aux objectifs soulevés dans le programme du concours :
     
    - la mise aux normes en matière de sécurité et d'accessibilité P.M.R.;
    - l'amélioration de l'aspect extérieur du bâti par la requalification des façades et la rénovation de l'enveloppe ;
    - la mise à niveau des systèmes techniques principaux ;
    - l'amélioration de la flexibilité du site en matière d'occupation des espaces ;
    - l'augmentation notable de la qualité de construction et de service du bâtiment.
     
    Une démarche volontaire Haute Qualité Environnementale® voulue par le Maître d'Ouvrage est portée par l'ensemble de la Maîtrise d'Œuvre, à laquelle sont associés les Bureaux d'Etudes S'Pace Environnement et Barbanel.
     
    Le site, précédemment occupé par 1800 agents, en accueille désormais 2300. Le dernier étage est transformé en mezzanine pour permettre le déclassement IGH. Les 2 derniers niveaux sont consacrés aux espaces ministériels sur l'ensemble du bâtiment.
     
    La phase de travaux s'est déroulée en 4 tranches, chaque tranche de travaux (10.000m²) se déroulant en site occupé et étant entièrement étanche par rapport au reste du bâtiment, ce qui permet de conserver le fonctionnement. Le chantier a débuté en Avril 2008 ; la livraison de la tranche 1 a eu lieu en Septembre 2009, celle de la tranche 2 en Septembre 2010. La tranche 3 a été débutée en Février 2011 et achevée en Avril 2012 ; la dernière tranche a été terminée à l'été 2013.
     
     
     
     
    Découvrez le projet en 10 photos sur notre site internet : cliquez ici !
     
    Pour voter pour l'îlot Ségur dans la catégorie "Bureaux & Commerces / Restructuration - Rehabilitation", cliquez ici !
     
    Pour en savoir plus sur les Archi Design Club Awards 2015, cliquez ici !
     

     

    votre commentaire
  • Ne nous laissons pas plomber

    A l’heure où l’on évoque l’idée de faire sortir les véhicules diesel de la capitale, la question des pollutions revient également sur nos bureaux d’architecte. Le plomb est monnaie courante sur les chantiers de réhabilitation. Curage du bâtiment, pluies saisonnières sur les éléments de structure mis à nu, retombées plombées et coulures en façade ; la chaîne en cascade est inévitable, le plomb se propage aussi vite que les pollens au vent. Vouloir éradiquer le plomb pour des questions de Santé Publique est louable. Néanmoins, rappelons que le plomb est dangereux ingéré mais ne présente aucun risque dans l’air. Nous sommes donc partisans de la réhabilitation – sur ce sujet aussi – dudit bon sens, qui amènerait alors à considérer que le déplombage doit être fonction du programme et des usages, en même temps qu’il amène à mettre en balance d’un côté les niveaux d’exigences accrus des maitrises d’ouvrage et des « labellisateurs », de l’autre les diagnostics, parfois partiels, qui sont faits. Le bon sens aussi nous permet de mettre en perspective la tolérance au plomb, alors que l’air que nous respirons se charge chaque jour un peu plus de COV, tout droit issus de l’industrie et des pots catalytiques des quelques 1,2 milliards de voitures que compte la planète aujourd’hui. L’urgence est là, devant nous ; ne tombons toutefois pas dans l’excès de zèle.


    votre commentaire

  • "Il faut le voir pour le croire", aurait dit Saint-Thomas ! C’est le long de la rue Saint-Thomas (d’Aquin) - se développant de la place du même nom au numéro 230 du boulevard Saint-Germain - que l’agence braun + associés architectes a récemment ouvert un nouveau chantier. Se développant sur près de 2.800 m² répartis sur huit niveaux dont deux en infrastructure, l’opération consiste en la réhabilitation lourde d’un bâtiment - appartenant auparavant à la RIVP - pour la création de bureaux et de commerces. 

    De moulures en ornementations murales, d’escalier monumental en vitraux d’antichambre, de quincailleries d’art en décors de façade en pierre, l’immeuble regorge d’éléments de décoration de grande richesse que nous nous attacherons à remettre en valeur. C’est un travail minutieux que notre équipe mène avec plaisir pour le compte de l’Immobilière Dassault, Maître d’Ouvrage, qui nous fait régulièrement confiance.


    votre commentaire
  • BRAUN + ASSOCIES - COPENHAGEN - 001BRAUN + ASSOCIES - COPENHAGEN - 002BRAUN + ASSOCIES - COPENHAGEN - 003
     
    Une partie de l'équipe a eu le plaisir de se rafraichir le corps et l'esprit lors d'une escapade architecturale dans la capitale danoise, en compagnie de quelques uns des architectes de la création contemporaine copenhaguoise.
     
    Le périple de 36 heures nous a entre autres permis de découvrir le rapport à la matérialité propre aux pays scandinaves à travers le 8-House et le VM-House de l'agence BIG, les silos béton réhabilités en bureaux et logements (respectivement par DesignGroup Architects et MVRDV), la résidence étudiante circulaire en cuivre de Lundgaard & Tranberg Architects, ou encore le criant Philharmonic de Jean Nouvel et le siège de la télévision danoise.
     
    Mais, tout n'étant jamais ou tout noir ou tout blanc, il a aussi été l'occasion de constater qu'aujourd'hui encore, perdurent ici et là, dans les quartiers de grandes capitales internatonales, de fausses bonnes idées urbaines et urbanistiques ; le tout frais (et venteux) quartier sud de la ville de Copenhague, en marge d'un parc naturel protégé de plusieurs centaines d'hectares, est le témoin d'une intervention mal programmée, sans dialogue entre architecture et urbanisme, dans lequel, finalement, chaque construction flotte dans l'air, déconnectée de ses compères, perdue dans un no-mans-land que le passage d'un métro aérien scindant en deux le quartier dans sa longueur ne saurait animer.
     

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires